Accéder au contenu principal

Je ne souffre pas du syndrome de l'imposteur, j'en suis une... et je l'assume... Enfin :)

Bonjour,

J'ai découvert que finalement, je ne souffrais pas du fameux syndrome de l'imposteur. Mais que j'étais un imposteur !  (j'ai pas trouvé le féminin de ce mot, j'ai pas envie d'écrire impostrice, imposteure, ou autre mot inventé ou moche). Et cela a été la plus belle chose qui me soit arrivée...

Bref, tout à commencé en BTS... quand il a fallu trouver la trésorière de l'association et que j'ai été nominée - et élue - d'office, parce que j'avais fait un bac compta ! Je n'ai pas osé dire que ce n'était pas véritablement un choix, ce bac... c'était compta ou médicosocial parce que j'avais pas trop le niveau d'aller en bac général... mais bon, j'étais trésorière de l'association.

Ensuite, l'Agence d'Intérim m'a proposé comme premier emploi, un poste de conseillère clientèle chez ORANGE. Je me suis liquéfiée, parce que j'avais HORREUR du téléphone, et que je m'étais toujours arrangée pour refiler cette partie aux copines de BTS. Mais je n'avais pas le choix, j'avais un loyer à assumer, il fallait se lancer. Premier jour, je vois les gens prendre 15 appels par heure, je ne me sentais pas du tout capable de faire cela. Heureusement pour moi, il y avait 4 mois de formation. 4 mois où j'ai appris les techniques, les objections clients, etc. Et j'ai eu de la chance finalement, parce qu'à l'époque le service client était très important et c'était une très bonne formation.

J'ai finalement quitté Orange au bout de 15 mois, en faisant, moi aussi, mes 15 appels de l'heure comme tout le monde et en plus j'adorais ça :)

J'ai ensuite travaillé pour EDF, en tant que conseillère clientèle aussi. Et là, forte de mon expérience de chez Orange, je formais les nouveaux arrivants, car j'avais une très bonne relation clientèle, selon eux.

Malheureusement - ou heureusement - je ne pouvais pas être embauchée à l'agence où je travaillais car j'étais "trop diplômée". Donc quand un Business Travel Center a ouvert juste à côté, une connaissance m'a conseillé d'aller tenter ma chance... Sauf que je ne suis pas agent de voyage, moi... et en plus je suis nulle en géographie, et puis je ne parle pas anglais.

Mais bon, je suis bien tombée, ils avaient VRAIMENT besoin de monde et j'ai été prise pour 4 mois de formation ! 4 mois où j'ai appris les logiciels, l'anglais, la géographie... J'ai vraiment aimé apprendre tout cela.

En fait, j'adorais apprendre, je passais des concours de la fonction public territoriale, juste pour la partie où il fallait apprendre (j'avais été sélectionnée pour aller passer des oraux à Paris, je n'y suis pas allée :p). J'ai appris tellement de choses grâce à ces concours ! Et grâce à tout ce parcours un peu atypique d'ailleurs.

J'avoue que je ne sais pas trop ce qui m'a pris, quand je me suis embrouillée avec mon employeur, de décider de tenter ma chance en tant que secrétaire indépendante. J'avais envie d'aider les entrepreneurs qui avait des difficultés avec leur administratif, et je n'avais pas envie de ne travailler que pour un patron, j'avais envie de mettre mes connaissances au service des autres.

Mais, je n'avais jamais été secrétaire au final ! Si 1 mois... dans une agence d'intérim. Mais j'avais un bac compta ! Et un BTS assistant de direction...

Et puis, j'avais un filet de secours - mes indemnités de chômage pendant 2 ans - c'était le moment ou jamais.

Là encore, je me suis formée discrètement, histoire que cela ne se voit pas. J'ai lu... des livres, des blogs, j'ai regardé des vidéos...

Puis j'ai eu mon premier client... Bon on me l'a donné en fait... ce client, car la personne ne pouvait plus l'assumer. Un comble, c'était de la prospection téléphonique, moi qui avait juste HORREUR de vendre (c'était d'ailleurs pour cela que j'avais quitté Orange, mon passé me rattrapait :p) Mais bon, j'ai fait un deal avec le client,  je ne lui facturais pas toutes les heures, et du coup, cela me permettait de me former en même temps.  Notre relation clientèle a duré 2 ans...

Mon second client, m'avait trouvée grâce à mon super site internet, que j'avais réussi à faire toute seule - grâce au site du zéro - et quelques amis facebook (qui sont toujours là en cas de besoin Daniel, Vincent, Nicolas, Pierre et les autres, que je ne remercierais jamais assez). Et lui, il était content de mon passé d'agent de voyage, car je pourrais les aider sur l'organisation de leurs déplacements. Leur activité principale reposait sur des appels d'offres... Des quoi ??? "Heu, je ne suis pas une spécialiste des appels d'offres, Monsieur, mais j'apprends vite !" Ils sont toujours mes clients depuis plus de 5 ans, maintenant.

Les autres se sont enchaînés et continuent d'aller et venir...

Si je vous raconte tout cela, c'est que je n'ai jamais parlé de mon travail, je n'ai jamais osé. J'avais tellement peur qu'on découvre que j'étais cet imposteur ! Je voyais les autres assistantes qui arboraient fièrement leur 15 années d'expérience, et moi, rien... nada. Je ne me sentais pas légitime.
Du coup, je n'osais pas communiquer sur le sujet, donner des conseils, mais qui étais-je pour le faire ?
Je n'ai jamais donné une carte de visite, je me cachais... si on me demandait de faire quelque chose que je ne sache pas faire ? Et qu'on voie que je ne sais pas le faire, que dès que je vois passer une information que je ne connais pas, je me dépêche d'aller chercher l'information sur le net ?
Bref, ensuite vous avez un mécanisme d'auto-sabotage qui s'installe et qui grandit de plus en plus...

Puis on a commencé à me parler du syndrome de l'imposteur, mais là encore,  je me sentais pas super bien. Parce que je savais bien ce n'était pas QU'UN syndrome, mais bien plus que cela. Enfin c'est ce que je pensais.

Je n'avais pas compris que cette expérience avait fait toute ma richesse au contraire, que ce que je prenais pour un problème était une force. J'apprenais vite.  Et en plus pour ne pas "avoir l'air de ne pas savoir", justement, je me suis formée, encore et toujours, sur tout ce qui touchait au métier, et bien plus encore, que même si je n'avais jamais été assistante "pour de vrai" j'avais toujours un pied dans les courriers, la facturation, un peu partout où je passais. J'ai même dû m'occuper d'une agence de voyage à un moment, quand la responsable est tombée malade pendant 3 mois.

Et je me rends compte aujourd'hui que oui, je n'ai pas 15 années d'expérience en tant qu'assistante, mais je pense que j'en sais bien plus qu'une personne qui serait restée 15 ans au même poste. Et que finalement, j'adore toujours apprendre, et transmettre aussi, et qu'on ne pourra jamais tout savoir et c'est bien de le dire aussi !

Si je vous écris tout cela, c'est juste pour 2 raisons :

La première c'est pour me libérer. Me libérer de ce poids, devenu trop lourd sur mes épaules. (Poids que je me suis mis toute seule, comme une grande)! Non, je n'ai jamais été assistante, ou secrétaire... à part ces 6 dernières années, mais cela ne m'a pas empêchée de m'en sortir, plutôt bien d'ailleurs. Non, je ne souffre plus du syndrome de l'imposteur, j'en étais une - ou pas - et je l'assume.

Aujourd'hui, j'ai envie de partager tout ce que j'ai appris, mais pour le faire, j'avais besoin d'assumer ce parcours atypique. Que tout le monde sache d'où je viens et comment je me suis construite, pour ne plus avoir peur de ne pas savoir. (On se complique la vie, parfois aussi, hein :p )

Et la deuxième raison, c'est pour tout ceux qui souffrent, eux aussi, de ce syndrome de l'imposteur. Prenez conscience, que si cela se trouve, vous aussi, vous travaillez plus fort et plus dur que les autres, car vous ne vous sentez pas légitime. Peut-être que pour vous aussi ce syndrome est une force... Pensez-y :)










Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Transcription d’entretiens sociologiques.

Les étudiants en master de sociologie doivent rédiger pour la fin de l’année un mémoire. Dans cette matière, il y a une méthodologie pour la rédaction de celui-ci. Le sujet de ce mémoire peut être enrichi de deux façons : soit grâce à une étude complète composée de 150 à 200 questionnaires, soit grâce à une bonne quinzaine d’entretiens. C’est de ces entretiens que nous allons parler, car ils peuvent être confiés à une secrétaire indépendante.
Dans la grande majorité des cas, ces entretiens durent environ 1 heure. 1 heure d’entretien signifie entre 4 à 8 heures de travail de transcription en fonction de la personne qui retranscrit. 
Attention à la qualité du fichier son ! Il vaut mieux demander un exemple du fichier (ou des fichiers s’il y en a plusieurs) car un mauvais son peut rendre le travail très pénible !
En effet, un entretien sociologique doit être retranscrit en mot-à-mot car pendant l’entretien il est possible que certaines choses passent inaperçues ou ne paraissent pas im…